Chez Nicolay et Lupa !

Nous entrons en Bulgarie pour rejoindre cette immense mer Noire sans marée ! Le soleil brille, et nous nous réjouissons de nous réveiller le lendemain matin, les pieds dans le sable…

Samedi 20 novembre : Joyeux anniversaire Thomas B !

Roussé Pyce que nous traversons donne une première impression de pauvreté. Les hauts immeubles délabrés de cette ville frontalière ne sont pas très engageant… De nombreux déchets jonchent encore le bord des routes. Nous ne prendrons pas le temps d’aller découvrir le cœur de ville qui aurait probablement changer cette image. Nous l’imaginerons !

La ville de Varna, notre destination, est décrite comme le Saint Tropez bulgare. On s’était imaginé une ville de la taille de Thouars, ou Saumur tout au plus. Mais c’est une agglomération de plus de 400 000 habitants que nous traversons avant de trouver les premiers grains de sable. La 1ère impression sur cette ville est très positive.

Le spot que nous avons repéré se situe au bout d’un quartier huppé de la ville. Pourtant, en arrivant près de la plage, changement de décor !!! Des logements construits de bric et de broc entourent le parking : très bien situés mais très mal isolés !! Nous garons Ptit Gris provisoirement, et profitons d’une promenade nocturne pour évaluer la qualité du voisinage. Nous en concluons que ce spot est parfait ! Les seuls voisins qui pourraient être gênants, sont les nombreux chats sauvages qui animent le quartier.

miaou !

Dimanche 21 novembre : Joyeux anniversaire Jean et Marius

Réveil ensoleillé. Après le petit dej, et un brossage de dents dehors (ça faisait longtemps), direction la plage pour un temps de jeux pour les enfants et un café face à la mer pour les parents !

Le petit port jouxtant cette plage est très mignon. Les restaurateurs locaux l’ont bien compris et servent des poissons frais sur de belles terrasses en bois. Nous apercevons de nombreux petits bateaux de pêche à quelques centaines de mètres de la cote.

En début d’aprem, nous rejoignons Nicolay, notre hôte bulgare pour ce début de semaine. L’accueil est chaleureux mais la pente est raide ! Ptit Gris en a vu d’autres… Après quelques manœuvres dans la cour, nous sortons les cales pour compenser une pente sérieuse qui nous emmène vers la mer Noire. Malgré les cales, nous vivrons les prochains jours… un peu penchés /

Nicolay est en disponibilité 2 années pour se consacrer à la construction de sa maison. Il vit la plupart du temps sur place au milieu des travaux. Depuis quelques années inscrit sur Park4night, il reçoit dans sa cour les voyageurs curieux de découvrir cette jolie ville. Les sanitaires sont sommaires mais efficaces. On y découvre un système électrique pour chauffer l’eau de la douche instantanément. Et ça marche ! Sauf pour Lucie qui n’a jamais vraiment apprivoisé l’engin.

La vaisselle se fait dans un bac au milieu de la cour, à l’eau froide. Mais tout ça avec vue sur la mer !!! et ça compense largement !

Nicolay ne vit pas seul, pour la plus grande joie des enfants. Sa chienne Lupa occupera les enfants. Mais seulement après 1 journée accrochés au cou de Lucie pour se rassurer. Après cela, ils passeront de longs moments à se courir après tous les 3 !

Notre voisin allemand de campement est très discret.

Bien installés, nous profitons de la soirée pour découvrir les alentours. Un coucher de soleil magnifique nous attend au sommet d’un blocos : Bulgarian-Soviet Friendship. Ce monument russe a été construit en l’honneur de l’armée soviétique. Construit sur la colline Tourna Tépé sur laquelle la maison de Nicolay est construite, ce monument à nécessité depuis le début de sa construction en 1974, plus de 10 000 tonnes de béton. En fait, l’emplacement est génial, la vue sur la ville et sur la mer aussi, mais le monument… est moche.

Cette promenade a aussi pour but de trouver un lieu de travail pour Thomas le lendemain. Oui, Nicolay avait prévu de libérer sa caravane, mais il n’a pas pu. Il avait aussi prévu de libérer de la place sur sa table, mais il n’a pas pu… Il n’a donc proposé que la table de jardin située sur la terrasse. Les 15°C prévus pour le lundi suffiront à nous motiver à trouver un lieu chauffé ! Finalement, c’est Lucie, après quelques mouvements de mini pouce sur son écran de téléphone qui trouvera une salle de co-working située à 15min à bicyclette ! Ce sera parfait 😉

Lundi 22 novembre : Canicule et canicacophonie

Incroyable ! Alors que Thomas s’est enfermé dans un espace de co-working au coeur de Varna, Lucie et les enfants profitent du soleil pour faire l’école sous 19°C !! En tee shirt, c’était pas arrivé depuis la Lituanie, à Natur Pocket.

Nicolay nous annonce en fin d’aprem, qu’il ne dort pas ici ce soir. A cet instant, cette information ne nous pose pas de problème…

En partant, il donne un os à Lupa pour l’occuper. Cela fonctionnera environ 30 minutes. Suite à cela, elle « miaulera » comme dirait Nicolay, sans discontinuer !

A 22H30, après 4H30 d’aboiements continues, on écrit à Nicolay pour lui signaler que la situation est problématique… et lui demander ce que nous pouvons faire…

Pas grand chose malheureusement. Nous commencerons notre nuit énervés ! Lupa aussi. Elle finira par se calmer et n’aboyer que de temps en temps.

mardi 23 novembre : Un temps de chien

Nicolay revient de bon matin, ne semblant pas être gêné par les perturbations qu’aura occasionnées sa chienne : « c’est un berger malinois qui réclame son maître dès qu’il n’est pas là ! »

La veille aurait été une journée idéale pour faire une machine ! Aujourd’hui, il pleut… tout le temps ! Quand il faut sécher son linge ces journées là, il faut être experts !! Nous le serons bientôt. Pour l’instant, on joue avec les bouches d’aération du chauffage du camion. C’est un sèche-linge manuel.

mercredi 24 novembre : Un froid de canard

Nous partons en balade en début d’aprem. Un parc permet de relier notre campement au centre-ville. Mais nous n’irons pas jusque là. Le froid est plus fort que notre motivation. Le parc nous a offert une belle promenade avec vue sur la mer Noire, le passage par la plage aura permis aux enfants de se dépenser.

Au retour, nous nous arrêtons gouter les pâtisseries Bulgares. On se régale !

Les chiens errants sont moins nombreux qu’en Roumanie. Le gouvernement bulgare tente de limiter leur nombre : Ils les capturent et les stérilisent. D’ailleurs, la plupart des chiens que l’on croise le sont. On le remarque grâce à une bague fixée sur une de leurs oreilles.

Pour les chats, pas d’intervention du gouvernement, et ça se voit ! Les chats sont partout. Autour des poubelles, dans les parcs, sous les voitures, sur les voitures. Les habitants apprécient assez cette situation pour nourrir ces chats parfois squelettiques. Les enfants (et Lucie) adorent les observer.

Arrivé chez nous, nous passerons un long moment à échanger avec notre hôte. Nous apprenons que les vins bulgares, les rouges notamment sont très agréables. Il n’en fallait pas plus pour orienter notre prochaine destination 😉

Jeudi 25 novembre : Joyeux anniversaire Mitch

Journée intendance presqu’ennuyante ! Il faut aller chercher du gaz et les choses se passent de façon simple… pffffffff, on n’est pas habitué ! Il a juste fallu payer un taxi par carte bancaire pour qu’il donne du cash au fournisseur de gaz… rien de bien méchant. Et tout ça sans parler anglais ! Les gestes et les rires auront suffit à ce que les choses se passent bien.

Nous avons aussi procédé à des achats nécessaires pour la fin d’année et nécessitant beaucoup de tactique au moment de l’achat puis au moment du stockage pour que la magie continue 😉

Ptit Gris est plein et vide : nous quittons Varna vers le sud. Nous trouverons un spot sur la mer pour cette nouvelle nuit en camping sauvage !

Vendredi 26 novembre : Pink Floyd

On se réveille avec le bruit des vagues à 5 mètres de nous : on a quand même vérifier avant de se coucher s’il y avait des petites marées sur la mer Noire. Bon, les plus grosses d’entre-elles font 10cm, on est en sécurité. En revanche, on apprend que les tempêtes sont nombreuses et violentes autour de cette mer : 200 par an !

C’est une des 156 nuits sans tempête que nous venons de vivre…

Réveil sportif après un petit dej’ face à la mer. Merlin a de nouvelles baskets et compte bien les tester pour tous les sports ! On s’arrête après le tennis, la course et le foot… Les chaussures tiennent le coup, le coude de Merlin, moins !

Après le sport, le rouge ! Direction le village de Pomorié ou Помори, en bulgare pour découvrir le vignoble Black Sea Gold !

On retrouve les mêmes cépages qu’en France : Cabernet Sauvigon, Merlot, Pinot noir, Syrah. Du blanc, du rosé, du rouge, et quelques aromatisés. A ce stade, on n’est pas dépaysés, on vous dira quand on aura goûté ! La vendeuse a l’anglais timide… on n’aura pas d’explication sur ce vignoble. Nos palets et papilles nous expliqueront à sa place 😉

On sort donc de ce vignoble l’haleine fraiche. Nous reprenons la route du sud. Rapidement freinés par des avions repérés par les enfants sur le bord de la route, nous faisons demi-tour pour aller visiter le Musée de l’aviation de Bourgas ou Авиомузей Бургас en bulgare.

Comme notre frigo est vide, et que c’est vraiment abordable de manger au resto, nous fonçons ! C’est aussi agréable de manger des choses plus élaborées que dans le camion. Notamment le poisson qui nous avait manqué !

Si tu te lances à cuisiner du poisson dans Ptit Gris, en comparaison, c’est comme si tu faisais frire tes sardines dans ta chambre ! et que ton dressing en profitait aussi… Tout ça en sachant que tu auras du mal à laver-sécher ton linge, et à te laver. Bref, on ne cuisine pas de poisson dans le camion !

Après la visite du musée et un arrêt pour laver Ptit Gris (il est coquet), nous roulons pour nous rapprocher de la frontière Turque.

Le ciel est gris, il pleut, les oiseaux sont roses… Quoi ?? les oiseaux sont roses ?

Oui, nous assistons au vol d’une quinzaine de flamands roses sauvages !

MAGNIFIQUE

Nous croisons énormément de policiers sur la route. On ne se fera pas arrêter, juste interpeller, car nos phares gênent la patrouille qui vient se garer juste face à nous pendant que nous cherchons notre route.

On se pose près de la frontière pour organiser la suite de l’aventure… sans internet

Airbnb, pilotage en mode avion, documents à remplir avant d’entrer, vérification des papiers.

Il n’y a plus qu’à!

Un avis sur « Chez Nicolay et Lupa ! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :