Turkey

Samedi 27 novembre : 510 MINUTES

La veille nous sommes restés côté bulgare pour organiser les derniers préparatifs avant notre entrée en Turquie, sachant que nous ne pourrions pas avoir de réseau. Ce sont donc seulement 6 km qui nous séparent de cette nouvelle étape. A 10h50 heure bulgare nous passons devant la pancarte indiquant que nous sommes à 3 km de la frontière. Au virage suivant nous sommes stoppés par les voitures qui attendent comme nous de passer la frontière. Mais les gens sont descendus de leurs voitures : « mais pourquoi ils font ça? » Là on se dit qu’on espère que ça avancera quand même assez vite. Au bout d’une heure on a compris que non ça n’avance pas vite (1m toutes les 5 min). On prend donc notre mal en patience: un ptit café, un jeu, un encas… puis arrive l’heure de déjeuner, soit!

On met un dessin animé aux enfants… on chante, on fait des comptines… Dans la voie des entrants en Bulgarie, peu de circulation mais les voitures sont mouillées et on se dit qu’il ne doit pas faire beau en Turquie!

18h15 nous apercevons le dernier virage! Mais fausse joie, ce n’est pas le poste de frontière mais un curieux portique qui asperge de toutes parts les véhicules le traversant… et on ne te laisse pas le choix de le traverser ou non. On comprend alors qu’en fait il ne pleut pas en Turquie. Avant de passer ce portique où il est noté  » Dezinfektsiya », on nous soutire 3€ sans plus d’explications…. Nous trouverons par la suite l’info, ce système a été mis en place en 2011 lors de l’épidémie de fièvre aphteuse mais n’est plus justifié aujourd’hui….

18h40 nous passons le poste de frontière sortant. Le douanier nous dit qu’il peut y avoir encore 1h d’attente avant le poste turc. Il fait nuit… Les enfants sont cool.

S’ensuivent les vérifications sanitaires et enfin ça y est nous sommes devant le guichet. Pas de bol, il est 20h pile et c’est le changement d’équipe. On nous ferme les fenêtres du guichet au nez, on ne nous regarde pas et on papote avec les collègues tout en prenant biennnnn son temps, le match diffusé sur la télé est bien plus attractif! Après plusieurs minutes à attendre en plein vent, nos papiers sont vérifiés. La première impression des turcs n’est pas très bonne, il est difficile de leur arracher un bonjour ou au revoir et même un regard.

Dernière barrière: « vous êtes passés au contrôle bagage? », Thomas tente un oui avec toute la conviction possible. Ce dernier douanier appelle ses collègues pour vérifier et nous demande de faire marche arrière. Thomas commence à s’agacer sérieusement, Lucie lui conseille de laisser couler de peur de rester encore quelques heures ici.

Marche arrière. Lucie ouvre la porte latérale, le douanier éclaire avec sa petite lampe torche (environ 1/4 de secondes) pour nous dire « it’s ok, you can go »

20h30 nous sommes libres!!!!!

L’accueil des douaniers n’a pas été chaleureux mais celui du thermomètre compense ! 17°C à minuit !! C’est plus qu’à midi le 15 août dernier !!

Le Airbnb que nous avions réservé pour ce soir est encore à 4h de route. Nos hôtes nous attendaient pour 15h, heureusement nous avons eu le temps de les prévenir. Pas de problème ils nous attendent quand on pourra. A 1h du matin (et un contrôle d’alcoolémie), nous arrivons enfin à Alcitepe ! Nuran nous accueille chaleureusement, prend le temps de nous faire visiter les lieux, ravive le poêle, et offre 2 poupées fait main aux enfants. Sur la table, des olives et de l’huile d’olive de leur production et de la confiture de coing. Merci Nuran, tu auras illuminé notre journée !

Une info importante diffusée par Nuran arrive jusqu’aux oreilles des enfants : demain, je vous présente les 4 chatons de la maison !

Dimanche 28 novembre : Bon anniversaire Marie-Line!

Nous sommes réveillés juste avant le lever du soleil par la prière. Le Muezzin fait entendre sa voix jusque dans notre lit ! La puissance sonore est surprenante. On a l’impression qu’il s’est déplacé spécialement pour nous pour célébrer cette 1ère prière de la journée devant nos fenêtres !

L’appel à la prière en Turquie a une sonorité très forte, comparé aux autres pays musulmans. L’appel à la prière dans le monde musulman se fait entendre cinq fois par jour : au lever du soleil, le midi, l’après-midi, en fin d’après-midi et au coucher du soleil. Cette info nous sera confirmée par notre 1er guide à Izmir, lors de la visite d’une Mosquée.

L’appellation explique tout : ce n’est qu’un appel à la prière, comme un pense-bête qui rappellerait aux fidèles qu’il est temps de prier. Ce n’est en aucun cas une prière publique.

Pour la prière à l’aurore, une petite précision est apportée à la prière : le Muezzin ajoute « la prière vaut mieux que le sommeil ».

Après le ptit dej, nous demandons à Nuran où acheter à manger. Elle propose de nous accompagner pour nous faire visiter le village. Nuran prend Rose par la main et nous emmène fièrement visiter son charmant village. L’épicerie est toute petite, mais nous y sommes bien accueillis. Par contre, aucun fruit, aucun légume !

Nuran nous offre un thé dans l’un des restaurant du village et nous dit qu’il est bien, qu’il est propre. Cette précision n’a rien de rassurant en fait 😉

De retour à la maison, nous partons voir la mer. Nous souhaitions y aller en vélo et demandons à Nuran si c’est envisageable : sa réponse est marrante

« vas-y en voiture aujourd’hui, t’iras en vélo demain »

Les conversations avec Nuran sont aussi lentes qu’agréables. Google trad ne nous quitte pas ! En fait, si ! Il nous quitte dès que l’on quitte la maison de Nuran ou plus précisément, dès que l’on s’éloigne de sa box ! Dans ce cas, les sourires et les gestes remplacent nos téléphones. Moins efficaces mais beaucoup plus humains !

Lundi 29 novembre : Tempête !

La nuit a été mouvementée ! Pluie, vent, fortes rafales… Le réveil pour l’école et le travail est difficile, heureusement le Muezzin nous aide et se fait entendre malgré le vent ! On l’entend toujours aussi bien.

Une coupure d’électricité dans la matinée oblige Thomas à changer de casquette ! Terminé bonsoir, la communication ! Il vient faire l’ATSEM dans la classe surchargée de Lucie. On l’appellera Martine. Il découpe, aide Rose pour ses maths… (précisions pour ses patrons : cette matinée sera compensée dès le mercredi PM).

En fin d’après-midi, Nuran vient rallumer le poêle. Elle en profite pour offrir une belle rose rouge à Lucie, et quelques œufs de ses poules. Elle questionne Lucie sur son travail et lui dit :

« C’est un bon travail ! »

Un rapide passage à l’épicerie permettra à Lucie de laver sa carte bancaire ! Oui, COVID oblige, l’épicier utilise des lingettes nettoyantes pour bébé pour désinfecter soigneusement les CB de ses clients.

Mardi 30 novembre

Journée école-travail-marché !

On explique à Nuran qu’on est surpris de ne pas trouver de légumes dans le village… 30 minutes plus tard et un coup de téléphone, le maraicher est dans la rue en camion plateau ! On refera un joli stock pour 3 petits €.

Nous ne goûterons pas ces jolis légumes le soir, puisque Nuran nous a concocté des plats traditionnels :

  • Dızmana böreği : sorte de pain garni
  • Içli pide : sorte de pain fourré
  • kabak tatlısı : butternut confit saupoudré de noix de coco

Mercredi 1er décembre : arrivée du 1er visiteur de notre périple !

Coquin, un lutin du Père Noël que nous avons accueilli à Fertevault l’année dernière est de retour ! Il a su nous retrouver jusqu’ici et prévoit de passer le mois de décembre avec nous… voir plus si affinité. Son atterrissage s’est bien passé même s’il s’est écrasé sur la baie vitrée de la cuisine ! Heureusement, il est assez haut pour ne pas être la cible des griffes des chatons de la maison.

Fin de journée : les enfants épuisent toutes les idées de jeux possibles avec Şüheda, la fille de 11 ans de Nuran et Nihat. Pour le goûter, nous les invitons à une dégustation de crêpes. Elles viendront toutes les 2 ! Nihat est plus timide ou moins gourmand !!

Quelques minutes après leur départ, Nuran revient avec 2 nouveaux plats turques à déguster !!

Merlin finira par un rendez-vous chez le coiffeur, c’est Lucie qui s’y colle !

Jeudi 2 décembre : Émotions !

Nous reprenons l’habitude de découvrir la coquinerie de Coquin à notre réveil !

Après nos préparatifs habituels de départ, nous saluons chaleureusement nos hôtes. Nuran est très émue, elle lâchera même une larme et nous fait de grandes accolades. Nous recevrons ensuite quelques déclarations par whatsapp, qui complèteront celles reçues depuis notre arrivée. En voici une sélection croustillante :

  • « Nous t’aimons tellement »
  • « Prends tes chaussures à l’intérieur, il va pleuvoir »
  • « Docteur, j’ai fini, je suis désolé pour t’avoir laissé seul »
  • « Nous sommes tellement habitués à toi »
  • « J’espère que tu es bien chez toi »
  • « Nous sommes très heureux de vous connaitre »
  • « Je suis désolé que tu partes »
  • « Tu m’as déjà tellement manqué »
  • « prenez soin de vous, salut »

Voila un concentré qui résume la chaleur des relations avec cette personne incroyable ! Ravis de vous avoir croisés également ! Vous avez rapidement effacé les 510 minutes d’attente à la frontière !

Nous repartons avec notre dernier cadeau : 2 litres d’huile d’olive de leur production ! Un régal

Direction Kilitbahir pour prendre le ferry en direction de Troie. Finalement, le 1er ferry ne prend pas la CB… Nous filons vers Eceabat pour retirer. C’est le vigile de la banque qui nous aidera : on ne comprend rien aux propositions de l’automate. C’est finalement de cette ville que nous prendrons le ferry pour Canakkale.

Après un arrêt labyrinthe en descendant du ferry, nous rejoignons le site archéologique de Troie. Nous ne serons pas bousculé ! Nous verrons plus d’écureuils que de visiteurs…

La reproduction du cheval n’a rien d’extraordinaire : pas très plausible cette histoire de cachette dans le cheval alors qu’il y a des fenêtres à l’étage !! Ça marche quand même auprès des enfants qui se questionnaient beaucoup autour de cette légende. Le site archéologique est lui beaucoup plus intéressant : c’est immense, et c’est incroyable d’imaginer la vie de plusieurs milliers de personnes sur cette surface, c’est surprenant de se projeter en arrière et d’imaginer la vie quelques dizaines de mètres sous nos pieds : ceux sont des couches de civilisations qui se superposent.

Après ce saut en arrière, saut en avant vers Ayvalik, pour un spot féérique (sur le papier) !

Après vérification, ce spot est féérique aussi dans la réalité. C’est notre arrivée de nuit la plus chaleureuse du périple (après celle de Nuran, évidemment)

Nous apercevons des lumières de véhicules déjà installés. Nous entendons des voix françaises et apercevons des enfants ! Chouette. Nous allons les rencontrer et ne les quitterons plus jusqu’à 1H30 du matin ! On se souviendra du dîner à 17 dans le 14T des rootards ! (Merci Romi & Cédric pour votre accueil, merci Alain pour ton riz bien mieux réussi que celui de Nicolas 😉

Seul le voisin allemand restera à l’écart pour cette soirée sauf pour nous signaler :

« you are loud ! you re very loud ! »

Vendredi 3 décembre : changement de français !

Après avoir dégusté les fameux Pancake d’Alain et participé au désembourbage des rootards par Alain, après avoir testé la conduite du 14T 4×4 (@Tatounka) sur la plage, départ vers midi pour Bergama où nous devons monter en télécabine jusqu’à un joli site antique.

Mais la pluie s’invite !

Arrivés sur place, nous déjeunons en attendant que la pluie passe. Un camping-car de français vient se garer devant : nez à nez avec Ptit-Gris. Après un salut amical, nous finissons l’après-midi à boire le café chez eux (@le club des 5). Nous sommes 9 dans leur camping car, avec un chien 😉 Merci de votre accueil Sabrina, Johan, Marie, Eden, Aaron.

Nous repartons de Bergama, sans avoir mis les pieds sur le site antique, mais on a passé un après midi très agréable !

Avant de quitter Bergama, nous faisons un détour par une pâtisserie turque : 1ère découverte de ces gourmandises sucrées ! On adore 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :