Faune Turque !

Samedi 4 décembre

Réveil et découverte habituelle du lieu où nous nous sommes posés de nuit. L’endroit est magnifique, nous sommes en hauteur, entourés d’eau sur une presqu’île. Nous sommes sur la commune de Phocée (Foça en turc). Cette ville a donné son nom à la citée phocéenne grâce aux matelots phocéens ayant fondé les 1ères pierres du port de Marseille. C’est d’ailleurs assez incroyable de se retrouver devant des turcs qui parlent avec l’accent du sud ! Évidemment, cette dernière phrase est à oublier aussi vite que vous l’avez lue !

Après avoir ramassé du bois flotté sur la plage, nous nous dirigeons vers Izmir. Arrivés à Izmir, la circulation est très dense. Après quelques demi-tour, au milieu des conducteurs fous, nous parvenons à nous poser sous une pluie aussi dense que la circulation. Heureusement, entre-temps, nous avions acheté de nouvelles cartes SIM nous permettant de retrouver un peu de souffle numérique !

Pas de visite pour cet aprem pluvieux, nous nous attelons aux déco de Noël de Ptit Gris.

Dimanche 5 décembre

Réveil fatigués à cause des éboueurs qui ont travaillé une partie de la nuit et qui ont décidé de le faire juste derrière la haie qui nous sépare ! Les bip-bip de recul sont très efficaces la journée… la nuit c’est pire !!

Le soleil est revenu, nous partons à pied visiter cette belle ville. Nous nous dirigeons vers le marché couvert Kızlarağası Hani, en passant par la place de la tour de l’horloge (İzmir Saat Kulesi) où les enfants jouent avec les nombreux pigeons. Nous commençons par prendre un thé dans les allées du Kahveciler Sokağı. Cet endroit est très charmant, et très calme à cette heure de la journée. Nous sommes hélés par chaque tenancier à notre passage. Nous craquons au 8ème ! Les enfants se voient offrir des Loukoums alors que nous dégustons notre 1er délicieux thé turc (Çay). Après cela, nous rencontrons Ilhan qui nous arrêtent avec un français presque parfait ! Il nous propose une visite de la Mosquée voisine : Hisar Camii. Nous acceptons avec joie et nous préparons à entrer pour la 1ère fois dans une mosquée. Nous avions observé quelques rituels, mais là, c’est concret… On se déchausse, Lucie se couvre la tête, on dépose nos chaussures à l’intérieur de la Mosquée, puis on se régale des merveilles qui s’y trouvent.

Les explications d’Ilhan sont très appréciables : 5 prières par jour (la 1ère au lever du soleil), l’appel à la prière par le Muezzin, la disposition dans la Mosquée (les femmes à l’étage), la prière particulière du vendredi matin, …

Devant les Mosquées se trouvent systématiquement des points d’eau : Jamais répertoriés sur Park4night, ils ne sont pas prévus pour remplir notre camion, mais utilisés pour purifier le musulman au cours des ablutions qui précèdent les prières.

Ilhan nous emmène ensuite dans son magasin de narguilés dont il est fabricant ! Et fier d’être présenté dans le routard comme une adresse incontournable d’Izmir ! Après avoir pris de nombreuses bonnes adresses, nous continuons notre découverte de la ville : achat de pâtisseries turques, passage au sein du marché alimentaire.

Un 2ème commerçant nous alpague et ne nous quittera plus pendant plusieurs heures : il a toujours un frère qui vend justement ce qu’on cherche ! Il restera même à nos côtés pendant notre déjeuner au restaurant… de son frère 😉

Il est tout de même très agréable, parle bien français, et nous permet de mieux comprendre cette culture encore inconnue pour nous.

Après le repas, il nous emmène chez son frère qui propose des vêtements de contre-façon à n’en plus finir. Voyant que nous ne sommes pas intéressés, il n’abandonne pas et nous emmène chez son frère qui vend des chaussures de contre-façon également ! Le principal argument de vente est orienté anti-Chine ! « Tout est fabriqué en Turquie, même les fermetures éclairs !! »

Quand nous réussissons à le quitter, nous avons 10minutes de tranquillité pour acheter des marrons chauds, quelques décos de Noël et des perles turques.

C’est alors qu’arrive notre 3ème guide ! Même phénomène : il parle un peu français, puis passe à l’anglais. Celui-ci nous emmènera acheter du vin et nous quittera en nous laissant sa carte de visite pour notre prochain séjour à Izmir !

Merci Messieurs les guides, on a fait 15km dans les ruelles très agréables du centre commerçant.

En route vers Kuşadası pour emménager pour ces 3 prochains jours.

Lundi, mardi 6 & 7 décembre

Pour rappel, les forfaits français ne couvrent pas la Turquie. Nous savons donc que notre séjour dans ce merveilleux pays sera rythmé par des passages obligés dans des apparts disposant du WIFI.

Nous sommes venus en Turquie en espérant y trouver la chaleur ! Et bah… c’est le cas ! Les 17°C de ces journées de début de semaine poussent Lucie et les enfants vers une balade pédagogique : découverte de la flore locale (mandariniers, citronniers et les bougainvilliers en fleurs), et passage par la presqu’île Yılancı Burnu.

Mercredi 8 décembre

En début d’aprem, nous rejoignons le parc qui domine la ville où se trouve la statue atatürk anıtı. Nous découvrons une ville très récente : les logements ne sont quasiment que des immeubles. La ville semble très jeune. On nous avait expliqué que Kuşadası était une ville très touristique : effectivement, elle l’est… Mais depuis quelques dizaines d’années seulement.

Puis nous redescendons en passant par les quartiers « pauvres ». Les maisons est les rues sont très délabrées. De nombreux déchets jonchent le sol. Mais on s’y sent bien. Ce quartier défavorisé (avec vue sur la mer quand même) nous a semblé plutôt agréable. La sortie des écoles et le sourire des habitants compensent une pauvreté flagrante.

Changement de décor avec la forteresse de Kuşadası que nous découvrons au coucher de soleil. Cette île fortifiée est appelée l’île aux pigeons, et on ne sait pas trop pourquoi. Elle est aujourd’hui reliée par un guet où les pêcheurs s’expriment sous les yeux des chats gourmands du quartier.

Ce château en très bon état offre une vue magnifique sur la mer et sur Kuşadası .

Jeudi 9 décembre : stop and start

Cette journée est marquée par un nombre d’arrêt incalculable ! Souvent, nous sommes efficaces pour avaler des kilomètres. Mais là, les tentations sont trop fortes, et chaque arrêt en vaut la peine !

Départ vers Dalyan, où nous espérons voir des tortues. Surprise que nous réservons aux enfants. Nous avons repéré un spot « étape » au bord de la mer Égée, non loin de Menteş. En route, nous nous arrêtons déjeuner chez Mehmet : restaurant en bord de route où il n’y a pas de carte. On se laisse porter par les conseils du serveur et nous dégusterons une belle viande. Ce qui est chouette dans ces resto, c’est que les plats sont partagés : on nous dépose 4 assiettes vides puis les plats commandés au milieu de la table. Un peu comme à la maison ! Un gros + dans ce resto : Tu peux en profiter pour faire laver ta voiture pendant ton repas ! Bizarre, ce service ne nous est pas proposé : Ptit Gris serait-il trop gros ou trop sale ? (les 2 en fait !)

On s’arrête ensuite sur les petites (minuscules) routes qui nous mènent à ce spot d’étape : nous avons aperçu une famille qui ramasse des olives. C’est la période en Turquie. Le long des routes, nous voyons très régulièrement des ramasseurs d’olives, en ce moment. Les paysages Turcs nous avaient d’ailleurs surpris ! Des champs d’oliviers à perte de vue et les senteurs qui vont avec… C’est très agréable de circuler dans cette partie de la Turquie.

Une chance, le ramasseur d’olives perché dans l’arbre parle anglais. Il nous explique qu’il vient aider ses parents âgés qui vivent de la culture de l’olive. Pour le ramassage, des draps sont étalés sur le sol. Ils utilisent une sorte de râteau étroit pour décrocher les fruits encore fermes, et les faire tomber sur le tissus. Une fois récoltées, les olives sont transportées vers la « presse » coopérative. Le nectar est ensuite récupéré par le ramasseur pour être vendu.

On double d’ailleurs énormément de tracteurs remplis de sac d’olives, avec parfois les ramasseurs entassés sur ces sacs ! Et même en ville.

Quelques kilomètres plus loin, nous apercevons de belles branches de pins idéales pour faire un beau sapin de Noël !

Quelques kilomètres plus loin, nous traversons un petit village isolé en pleine montagne au centre duquel nous trouvons un vendeur de fruits et légumes, dont nous n’avons pas besoin. Mais la scène est tellement improbable, que le besoin de fruits surgit ! Les villageois sont authentiques. L’un d’eux tient absolument à nous expliquer la route à suivre, en turc !! Il fait un schéma très précis sur un post it pour nous expliquer la route des 35 kilomètres qui nous séparent de notre spot…

On arrive au spot repéré qui n’est finalement pas accessible avec le camion… Nous poussons quelques kilomètres encore avec le stress d’un réservoir de carburant presque vide. C’est la 1ère fois qu’on vit cette situation… les petites routes de montagnes ont rendu gourmand notre Ptit Gris ! Et les stations essence sont rares…

Nous trouvons notre bonheur au bord de la mer, sous les pins, et à côté de voyageurs allemands, et de quelques locaux venus se détendre autour d’un feu. Ça fait partie des spots que l’on adore. C’est assez facile en Turquie de trouver des emplacements plats autorisés en bord de mer. C’est d’ailleurs très très prisé l’été. Nous apprécions le calme de la saison.

Vendredi 10 décembre : des invités pour le ptit dej

Réveil vue sur la mer, la porte ouverte… C’est plus pratique pour regarder les dauphins ! C’est Rose qui nous alerte en voyant de gros poissons sauter dans l’eau. Nous sortons précipitamment pour observer ces beaux mammifères. Le spectacle est inoubliable : ce ptit dej restera probablement le meilleur de notre voyage 😉

Puis, tâches ménagères dans un beau cadre :

  • vaisselle dans la mer pour Rose
  • balai dans Ptit Gris pour Merlin
  • creusage d’un trou avec une pelle et une fierté flagrante par Merlin pour les eaux noires. Il faudra que chacun vienne apprécier la beauté du trou avant qu’il ne soit rebouché !
  • mise à niveau de l’huile moteur

Nous sommes prêts à rejoindre les tortues de Dalyan ! mais chutt

On trouve de l’eau potable dans la 1ère ville que l’on traverse, puis de l’essence dans la 2ème. De la sauce grenade dans la 3ème, puis du miel dans la 4ème… On va presque faire mieux que la veille en s’arrêtant continuellement.

Changement de paysage ! Les oliviers bordant les routes sont remplacés par des mandariniers puis des citronniers pleins de fruits (c’est également le moment de la récolte).

Vers 13H, nous arrivons à la plage Iztuzu, connue comme site de nidification des tortues. C’est ici que nous allons visiter le centre de sauvetage des tortues. Les enfants sont contents, pas autant que Lucie !

Ce centre récupère les tortues blessées, les soigne, et les relâche. Les soins peuvent durer plusieurs années. On y apprend le mode de vie des tortues (reproduction, ponte, …) et les causes de leurs blessures souvent produites par l’homme et les activités humaines. La légende de la tortue avec une paille dans le nez existe belle et bien mais elle ne représente que 1% des cas (pas seulement avec des pailles mais avec des déchets plastiques ingérés et non digérables qu’elles prennent pour des méduses). On nous sensibilise sur les conséquences de la pollution et des déchets sur cette espèce en particulier : Caretta-Caretta.

Merlin fait 1 mètre en arrière en découvrant le tortue du 1er bassin. Impressionnant l’animal. Celle-ci pèse 10 kilos de plus que Merlin et fait à peu près sa taille !

Rose et Merlin sont particulièrement attentifs. Le fait qu’il s’agisse de tortues « blessées » est d’autant plus touchant. Une tortue dans un zoo « lambada » n’aurait pas eu le même effet.

La promenade sur la plage après cette visite sera naturellement orientée vers les tortues. On espère pouvoir en voir… En tout cas, les 5 premières minutes. Ensuite, le pouvoir du sable sur les enfants reprend le dessus, et on retrouve un comportement habituel de plagistes de 8 et 5 ans.

On ne verra pas de tortue, mais simplement des trous vestiges de nidification. La plage est organisée pour recevoir les nombreux touristes de l’été, et pour que ce tourisme ne soit pas nuisible à l’animal.

L’espace est partagé pour que la zone de ponte soit libre : pas de parasol !

LIBERTÉ !

Les parents s’octroient une balade bonus et sans enfant !! Ils restent pour la première fois du voyage, dans le camion, seuls… et enfermés ! Ces 30 minutes de liberté ont été appréciées de tous.

La plage étant fermée la nuit, nous nous éloignons de quelques kilomètres sur la montagne pour passer la nuit.

Samedi 11 décembre

Un orage puissant s’est abattu sur nous cette nuit. On se rend compte en se levant, que nous l’avons vécu sous une ligne électrique… Çà fait partie des surprises agréables le matin quand on se pose de nuit.

La pluie continue de tomber sur Ptit Gris et autour. Nous revêtons nos K-way et rejoignons cette plage féérique de la veille pour un réveil musculaire. On espère encore croiser une tortue.

Mais, non…

Puis direction Fethiye pour de nouvelles aventures. C’est là que nous avons réservé notre prochain pied à terre. Avec une journée d’avance, nous pourrons visiter la ville et en repartir dès mercredi midi. Une aire de jeux monumentales nous y accueillent. Elle n’échappe pas aux yeux experts des enfants, qui se réjouissent malgré la pluie. Nous traversons la ville, garons Ptit Gris et entamons notre découverte.

Et là…

Une tortue dans le port. Incroyable ! On lui explique où se trouve la plage des tortues, mais elle n’écoute pas. Nous profitons de sa danse dans l’eau claire du port jusqu’à ce qu’elle disparaisse… Merci pour cette belle apparition qui réjouit notre visite !

Fethiye est une très jolie ville. Nous profitons des nombreux commerces pour satisfaire notre gourmandise, et découvrons le marché aux poissons. Un principe plutôt génial : les poissonniers présentent leur pêche au milieu d’une place couverte entourée de restaurants, choisissez votre poisson, puis suivez le poisson soigneusement préparé jusqu’au resto associé au pêcheur… Il ne vous reste qu’à choisir l’accompagnement et profiter du cadre incroyable… Ce programme nous enchante, nous ne quitterons pas cette ville sans avoir mangé ici !

La visite s’arrête ici pour aujourd’hui. Et la recherche d’un spot est fructueuse. Après avoir traversé la zone de réparation des bateaux, nous arrivons dans un virage assez large pour accueillir 5 Ptit Gris. 10 mètres plus bas, la mer accueille 3 bateaux de pirates minutieusement décorés. Ces répliques sont utilisées comme attraction l’été. Les enfants ne les quittent plus des yeux. Les rêves devraient être animés…

Dimanche 12 décembre

Réveil sous le soleil, ciel bleu et 20°C ! Déjà à 10h. Nous profitons de ce temps estival pour admirer la vue sur la mer et les bateaux de pirates. Merlin en profite pour revoir ses chorégraphies endiablées ! Il finit torse-nu, pas parce qu’il fait chaud, mais parce qu’il fait show !

En repartant, nous observons un bateau en cours de mise à sec. Un plongeur équipé de bouteilles nage sous le bateau pour vérifier la manœuvre. C’est assez impressionnant, les enfants sont scotchés.

Puis, ascension de la montagne pour rejoindre le village de Kayaköy. Lors de cette ascension, la police nous stoppe pour un contrôle. Mais non finalement en nous voyant et avec les jolis sourires de Rose : « Allez-y, circulez ».

Le village fantôme que nous découvrons est gigantesque. Des ruines plutôt conservées d’environ 500 maisons qui appartenaient autrefois à la communauté de Livissi (Chrétien Orthodoxes Grecques) et construites au XVIIIème siècle. Lors de la 1ère guerre mondiale, les grecques qui vivaient en Turquie occidentale ont été massacrés ou déportés. Le village a été petit à petit abandonné du fait de la guerre criminelle gréco-turque et d’un gigantesque tremblement de terre en 1957.

Ce village plait aux enfants : on crapahute, on se cache, on admire la vue et on imagine une vie dans ces maisons.

En redescendant, nous sommes arrêtés par une dame qui nous propose du thé. Puis des pancake. OK, nous aimons ces situations et nous laissons porter.

Nous vivons un nouveau moment inoubliable et nous vous laissons le découvrir avec ces photos…

On quitte cette belle montagne pour rejoindre la vallée et découvrir les tombeaux Lyciens à flanc de falaise de Fethiye.

Puis l’aire de jeux géantissime repérée par les enfants a le dernier mot ! Nous en profitons avant d’aller découvrir notre maison temporaire. Grosse frayeur au passage. Merlin s’échappe volontairement pour aller se cacher. C’est dimanche, c’est la foule ! Nous le perdons rapidement de vue… Gros moment de stress jusqu’à ce qu’il surgisse d’un buisson, avec un sourire qu’il perd vite en voyant nos têtes !

Les pâtisseries turques du goûter permettront de passer à autre chose…

On est très en retard sur l’écriture… Les contraintes de connexion en Turquie, les soirées animées, les spots sans électricité, les rencontres, freinent l’écriture de ce qui deviendra le livre de notre aventure.

Patience aux lecteurs 😉

4 commentaires sur « Faune Turque ! »

  1. Les dauphins, les Tortues. Le voyage… Que des bons moments à vous lire. Plein de bonnes choses pour vous la petite famille voyageuse et même si ce n’est pas trop d actualité restons positifs et curieux des bises et très bonne année à tous jphi

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :