Retrouvailles !

Nous accueillons les mamies et papy. Et évidemment le couple de Nantais pour apporter la touche Rock&Roll à cette semaine en famille !

Lundi 27 décembre : câlins

L’accueil de notre hôte est très agréable. Nous apprécions son français et ses conseils bienveillants pour les visites et les découvertes à ne pas louper.

Nous avons tout préparé pour que l’accueil soit au top’ :

  • le frigo est plein
  • la cave est fournie
  • le pétillant est au frais
  • le programme est anticipé
  • et nous sommes propres ! (Nouveau record de 13 jours sans douche, on progresse autant qu’on sent;)

On a plus qu’à faire patienter les enfants impatients de retrouver des proches. Les vitres de l’appart ont résisté aux coups de poings des enfants à l’arrivée du taxi. A notre grande surprise !

Les retrouvailles sont chaleureuses, une belle semaine nous attend.

Mardi 28 décembre : Descente & Christo

Après une grasse mat’ nécessaire, et un ptit dej’ aux saveurs greco-turques, nous partons à l’assaut de l’Acropole. Nous escaladons cette colline qui surplombe Athènes pour découvrir les monuments qui se trouvent à son sommet. Pas de visite aujourd’hui, on s’organise pour la suite et on achète nos billets multi-sites : très économique si vous souhaitez visiter cette capitale un jour !

Nos enfants sont collés aux papy-mamies-tonton-tata, et nous n’existons plus. Ça nous fait du bien !

Après-midi repos et retrouvailles autour et dans l’appart. Après le dîner, les jeunes (Cécile, Baptiste, Lucie, Thomas, Bernard) sortent. Cert’1 rentre à 2h, d’autres à 4h et d’autres à 6h… Vous pouvez deviner qui en fonction des photos du lendemain !

Nous faisons la rencontre de Christo, le patron du bar en face de l’appart’ ! Un personnage surprenant, attachant, et plein d’autres mots en « ant », qui nous fera une belle démonstration de l’accueil grec en nous offrant le Raki. Un des ses clients parlant un peu français tentera une présentation de cet alcool local : « c’est comme du pastis mais sans anis » !! Bon, pour ne rien vous cacher, on n’a pas vraiment compris le concept, mais on a acquiescé. Cert’1 a préféré masquer son Raki dans son verre d’eau pendant que d’autres ont pris le temps de quelques bières pour le finir… Belle soirée en terrasse pour terminer cette année !

Les plus patients qui attendent la fermeture du bar apprendront un peu tard qu’il est ouvert 24H sur 24 !

Mercredi 29 décembre : Coton-tige

De bon matin, une infirmière vient nous faire à chacun des tests rapides. A peine levés, nous nous retrouvons avec un coton-tige dans le nez! En effet, les mesures sanitaires se durcissent ici aussi et nous devons présenter des tests de moins de 24h pour visiter certains sites. Rose est toujours aussi anxieuse avant ces tests mais elle gère encore une fois très bien!

Tout le monde est négatif, c’est parti pour la découverte d’Athènes! Nous partons visiter le site de l’Acropole, le Parthénon, le théâtre d’Hérode, le vieux temple d’Athéna, le sanctuaire d’Artémis, Erechthéion, le porche des Cariatides. De là haut, nous avons une vue imprenable sur toute la ville et les nombreux monuments antiques parsemés ça et là.

Après cette visite, nous déambulons dans le quartier Monastiraki que Marianne, notre hôte, nous a décrit comme un souk. Nous déjeunons ensuite dans le quartier Psiri, animé et décoré de nombreux graffitis. On y trouve beaucoup de resto et bars.

En soirée nous nous dirigeons vers la place Syntagma pour observer la relève de la garde des Evzones (signifie « bien ceinturé »). Elle a lieu toutes les heures 24h/24 devant la tombe du soldat inconnu. Ces gardes sont parés d’uniformes entièrement faits à la main :

  • une jupe de 400 plis qui symbolisent les 400 années de servitude sous l’occupation ottomane,
  • des bas de laine blanche,
  • un béret rouge avec un gland de soie noire,
  • un gilet orné de broderies
  • et surtout des chaussures « musicales » d’1,5 kg chacune appelées tsarouchia dont la semelle est ornée de 60 clous en métal. Le son est phénoménal!

Retour en métro jusqu’à notre quartier pour une soirée tranquille.

Jeudi 30 décembre :

Chacun vaque à ses occupations pour cette matinée. Puis nous nous retrouvons tous pour visiter une magnifique église du XIeme siècle de style byzantin: Église Panaghia Kapnikarea. Nous terminons notre journée par le musée de l’Acropole qui permet d’avoir bien des explications sur le site visité la veille. Et nous conseillons de le faire dans cet ordre. On découvre dans un premier temps les vestiges des constructions et on se les imagine. Puis les reconstitutions du musée ainsi que les très nombreux objets d’époques permettent de corriger l’imagination. A la fin de la visite, la 3ème génération est plus épuisée que les petits-enfants. Les mamies et le papy trépignent devant l’entrée alors que Rose et Merlin continuent de nous bombarder de questions. On aurait pu rester encore quelques heures!

En soirée, nous allons choisir notre menu de réveillon dans un restaurant du quartier, encore une fois bien conseillés par Marianne.

Puis dîner au restaurant (un autre) pour goûter et re goûter les spécialités grecques.

Vendredi 31 décembre

Cécile et Baptiste ont pris leur vol ce matin pour retrouver leurs amis pour le réveillon. Merci pour ces quelques jours avec nous et pour les appareils photos jetables que les enfants ne quittent plus.

Aujourd’hui nous partons visiter le stade Panathénaïque qui signifie stade de tous les Athéniens. C’est dans ce stade construit en marbre blanc entre 1869 et 1870 qu’ont eu lieu les premiers jeux olympiques de notre ère. Il est construit à l’emplacement d’un stade antique de l’an 330 av. JC

Les marches pour accéder aux gradins sont parfois très raides. Arrivés en haut, nous ressentons une sensation de vertige. La piste est une réelle piste d’athlétisme sur laquelle il est possible de courir. Rose, Merlin et Thomas s’essaient au 400 m. Sa forme est assez surprenante : les lignes droites font quasiment 200 m et les virages sont extrêmement serrés. Les sensations sont très différentes d’une piste classique.

Grâce à cette visite nous savons quelle photographie sera utilisée pour l’affiche de campagne de Bernard pour les présidentielles. D’ailleurs il a déjà un soutien dans ses proches. Rose nous avait dit : « Moi si je pouvais voter je choisirais Emmanuel Macron à part si papy se met ».

Au retour nous nous attardons dans les étroites ruelles du quartier d’Anafiotika, ce qui nous donnera l’envie d’y retourner de jour. D’autant plus que Lucie tient absolument à voir des peintures d’un célèbre peintre grec, Giorgos Koutlidis, disséminées le long des marches et des murs en pierre de ce quartier.

En début de soirée nous récupérons notre menu typique grec pour le réveillon et ne tardons pas à démarrer l’apéro. Les danois de l’appartement du dessus sont déjà très en forme et Marianne nous a prévenu que la tradition chez eux pour le nouvel an était de sauter par-dessus les chaises. Nous nous attendons au pire.

Quelques minutes avant minuit, un festival de feux d’artifice explose de toutes parts. Nous ne savons plus où donner de la tête.

Samedi 1er janvier 2022

Réveil sportif pour Thomas qui va fouler les ruelles d’Athènes un 1er janvier ! C’est une prouesse sportive connue à Thouars car réalisée par un modèle pour tous : notre mentor aux mollets et au foie d’acier, John !

Départ pour revoir le quartier d’Anafiotika que l’on a effleuré la veille. C’est un quartier pittoresque d’Athènes, niché sur le flanc nord-est de l’Acropole. Bien caché, un peu secret. Avec des maisons blanches aux fenêtres bleues et des petites ruelles. On se croirait sur une île grecque ! Au milieu du 19ème siècle, des tailleurs de pierre d’Anafi sont venus travailler à Athènes afin de reconstruire la ville en partie détruite pendant la guerre d’indépendance. Ils se sont ainsi installés au pied de l’Acropole et ont reproduit l’architecture typique des Cyclades.

On se perd avec plaisir dans les étroites ruelles. On parvient finalement à trouver les peintures convoitées par Lucie. Ces incroyables peintures nous donnent faim ! C’est un pouvoir magique qui leur est reconnu. Infos à retrouver en page 164 du routard Grèce 2021. Direction Yiasemi, une nouvelle belle adresse dénichée grâce aux conseils de Marianne. On y déguste une cuisine traditionnelle dans un cadre surprenant ! Un escalier en limaçon (selon Merlin) nous permet d’accéder à une terrasse sur le toit, où il fait bon en ce 1er janvier. Nous saluons le travail des serveuses et comprenons leurs silhouettes en les voyant monter cet escalier étroit chargées de nos repas 😉

Retour à l’appart sans boussole ! Le cœur historique d’Athènes est concentré sur une zone très réduite qui n’a plus de secret pour nous. Rose nous dit régulièrement « c’est notre route!« . Si vous visitez un jour Athènes, nous vous conseillons le quartier Thissio, idéalement placé (en face de Christo) pour découvrir cette magnifique ville à pied (ou en métro à 2 minutes). Les mamies-papy préparent leurs bagages et nous libèrent d’encombrants que l’on traine depuis notre départ de Thouars, mais dont on ne veut pas se débarrasser (non, on ne parle pas de nos enfants). Encore merci au passage !

Dernière soirée à 7 à l’appart (que l’on croit). Les enfants profitent jusqu’à la dernière minute des câlins et histoires. Demain, on reprend notre vie de routard ! (que l’on croit !)

Dimanche 2 janvier

Dernières embrassades et quelques larmes pour marquer le départ de nos Thouarsais, et surtout pour marquer le début de la 2ème partie de notre aventure.

Nous remontons vers l’appart pour boucler à notre tour nos bagages. Marianne nous y rejoint avec des cafés et la Vasilopita (délicieux gâteaux du nouvel an en Grèce, à base de noix-orange-bergamotte et nappé de ganache) pour nous saluer avant le départ. L’échange, toujours aussi agréable, aboutit sur le fait qu’une nuit supplémentaire dans cet immense appart’ ne changerait rien pour elle ! Nous sommes invités à rester une nuit de plus et donc une journée de plus dans le cœur d’Athènes (et donc une douche de plus, non négligeable). Merci Marianne !

En route vers le National Garden, que Rose a repéré dans un livre sur Athènes que son papy lui a offert la veille. Une info ne lui a pas échappé : on y trouve des animaux : oiseaux, canards, tortues, chèvres, lapins, etc…. et les fameuses perruches vertes à collier que l’on trouve partout dans Athènes!

En chemin nous passons devant le monument du soldat inconnu pile à 11h, et justement, le dimanche à cette heure-ci la relève de la garde prend d’autres proportions avec la totalité des gardes qui défilent. Nous les suivrons jusqu’à l’entrée du parc.

En soirée nous regagnons nos appartements pour notre dernière nuit ici.

Bonne année à tous!

Un avis sur « Retrouvailles ! »

  1. Que de bons souvenirs avec ce superbe reportage sur Athènes ! Merci pour votre accueil et pour ce séjour inoubliable,que de bons moments ensemble …..et le plaisir énorme de retrouver les belles petites « bouilles »de Rose et Merlin ..

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :