Péloponnèse #1

Vendredi 7 janvier : Bon anniversaire Léon

Nous ajoutons une nouvelle action à nos journées logistiques : les tests rapides. Oui, au bout d’un moment, la recherche de gaz ne suffit plus… C’est aussi ça l’aventure, il faut se renouveler, se ré-inventer, se mettre en difficulté. Après les courses, et les pleins-vides de Ptit Gris, direction la pharmacie pour obtenir le papier qui nous permettra de poursuivre nos visites. L’idée d’être positif ne nous effraie pas. Cela nous permettrait de prolonger la validité de nos pass sanitaire Européen. Nous redoutons le moment où la 3ème dose sera obligatoire pour les voyageurs, sachant qu’il est difficile de se faire vacciner à l’étranger…

Bye bye Athènes, le Péloponnèse nous attend. Nous attaquons cette nouvelle destination grecque sereins grâce au fait que Peter nous ait trouvé un lieu d’école-travail pour la semaine qui arrive !

La 1ère étape sera Nafplio (Nauplie). Nous avions placé un cœur (sur googlemaps) avec Marianne. Lilianne et Peter avaient insisté, et Lucie avait aussi repérée cette charmante bourgade. Nous y arrivons de nuit et découvrons une fortification qui flotte dans la nuit grecque ! Incroyable éclairage qui donne l’impression que cet édifice est accroché aux nuages. Après vérification, non ! Il a été construit sur une colline dominant le village de Nafplio. Nous nous réjouissons de le découvrir le lendemain.

Le parking sur lequel nous nous installons est très prisé des voyageurs, même l’hiver ! On imagine ce que ce doit être l’été. Nous sommes prévenus (par Park4night) que le camping en tente ou caravane est interdit : c’est la différence entre un camping car et une tente : le 1er peut être considéré comme stationné. Alors qu’une toile de tente se stationne rarement… Il arrive régulièrement sur ce parking que la Police demande aux camping-caristes de rentrer leur échelle ou de fermer le auvent, pour que ce soit considéré comme un stationnement.

Samedi 8 janvier : bon anniversaire Carole

Thomas a tenté l’ascension vers la forteresse à pied ce matin ! Le challenge semble un peu risqué pour les enfants, surtout la descente. L’accès par l’autre versant semble plus adapté pour notre visite.

Mais avant cela, nous visitons le village au pied de cette colline, sous la pluie. Un bateau majestueux capte notre attention ! Le Maltese Falcon est gigantesque. Très moderne, ses voiles se replient dans les 3 mâts. Aucun fils n’apparait pour les voiles… Son allure est inédite. On apprendra grâce au cafetier du coin qu’il s’agit d’un voilier de 160 millions d’euros qui fait escale à Nafplio pour 3 mois le temps de former le personnel de bord au service « haut de gamme ». Très haut de gamme semble t-il puisque la semaine de location s’élève à 385 000€… On a bien réfléchit, on va rester dans Ptit Gris la semaine prochaine 😉

La ville a une allure bien moins moderne, bien plus historique. Et c’est bien ce qu’on aime. Malgré la pluie, nous apprécions ses ruelles pavées où les commerçants nous accueillent détendus à cette saison. Les enfants ont bien repéré que la surface de ces ruelles est parfaitement adaptée à leurs roues de trottinettes… Mais nous, adultes que nous sommes, ne le savons pas encore.

Pendant notre déjeuner dans Ptit Gris, le soleil réapparait. Timide, mais assez convaincant, il chasse la pluie. Nous démarrons pour découvrir la forteresse. Nous faisons de notre mieux pour arpenter le plus d’allées possibles, pour découvrir le plus de pièces possibles, avant d’être chassés par les coups de sifflets des employés de la forteresse. Nous finissons aux pas de course. On se serait bien occupés 2 heures de plus dans ce labyrinthe, mais les sifflets sont avec nous aussi convaincants que le soleil avec la pluie !

De retour à Nafplio, on découvre que le revêtement des rues n’a pas quitté l’esprit de nos enfants. Retour en ville avec nos bolides, qui vont même jusqu’à bouder une aire de jeux pour profiter de leurs 2 roues ! Non mais, on rêve là ???

Nous découvrons des ruelles très différentes de la journée… Les éclairages mettent en valeur les couleurs des façades, la végétation, bien plus que les nuages matinaux.

Dimanche 9 janvier : Quand on met pas de réveil….

Très grasse mat’. La journée débute à 11H00. Nous sommes reposés ! Une dernière balade dans les rues de Nauplie nous permet de compléter nos photos : 1ère visite sous la pluie, 2ème sous la lune, 3ème sous le soleil ! Ça nous permet d’aller prendre un petit déjeuner grecque dans une taverne repérée la veille !

L’aprèm est consacrée à la visite du théâtre d’Épidaure. L’acoustique est bluffante. Quand notre chien « Afternoon » lape l’eau située dans le creux d’une pierre parfaitement au centre de la scène, on l’entend depuis le haut !! Depuis tout en haut. Ce chien grec au nom britannique nous a offert un spectacle appréciable. On n’a pas chercher à comprendre le sens de ses propos, on s’est arrêté sur la forme, sur son improvisation théâtrale, qu’est ce qu’on est superficiels quand même !!

Afternoon nous guide à la découverte de l’ensemble du site. C’est immense : des thermes, un stade, des thermes, un sanctuaire, des thermes, des thermes…

A la fermeture du site, il ne nous reste que le temps de faire la route jusqu’au camping où nous attend la propriétaire…

Tsatsiki !

Nous sommes accueillis par une tablée melting-potée en train d’apprendre à faire du Tsatsiki. Trop tard pour nous pour apprendre, mais pas trop tard pour y goûter ! Nous nous retrouvons rapidement attablés pour compléter les nationalités allemandes et grecques déjà présentes. Les enfants en profitent pour vérifier qu’il n’y a pas de loup dans le camping. Panayotis, l’employé, leur montre l’aire de jeux qui coupera cette recherche. Recherche que Merlin finira au milieu de la nuit dans le lit de ses parents ! Nous redécouvrons un jeu proposé au Café des Arts : le « ferme la boite ». Inutile de parler la même langue pour chambrer ! La chambre, c’est international 😉

Lundi et mardi 10-11 janvier : journée destinée

2 journées confortables malgré des douches moins motivantes que celle de Ptit Gris. Les oranges et mandarines offertes par Panayotis compensent. Nous sommes quand même propres et surtout pleins de Vitamine C !

Mercredi 12 janvier : Es ist das Wochenende

On s’est dit qu’en allemand, ce serait moins énervant pour vous et aussi efficace pour nous. Pour les plus sensibles, ne traduisez pas ! Nous quittons le Xeni Camping où nous avons apprécié passer ces 3 nuits. Nous apprécions aussi de retrouver la liberté de bouger chaque jour !

Nous prenons la direction du sud Péloponnèse, en longeant la cote. Les paysages sont assez magiques, dignes de ceux de Norvège. Les montagnes se jettent dans la mer, elle même bordée de nombreuses petites criques aux eaux turquoises. La végétation aride marque la différence entre ces 2 pays (la température de l’eau aussi). Les routes sinueuses idéales pour du Gravel pourraient facilement motiver une famille Hiriberry à reprendre la route.

Nous continuons de longer le golfe Argolique pour apprécier ces paysages. Merlin appréciera l’intérieur de ses paupières. Rose en prend plein les mirettes ! Voulant profiter de jour, nous décidons de nous arrêter au coucher du soleil. Posons-nous pour une soirée jeux de société !

2 commentaires sur « Péloponnèse #1 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :