San Marino

C’est le 4ème plus petit état du monde qui nous accueille pour 24 heures de découverte et d’étonnement.

Mercredi 23 mars : Mac Gyver

Arrivés sur le parking au pied du téléphérique qui nous emmènera demain vers les hauteurs de Saint Marin, nous sortons tournevis, scie, et beaucoup d’organisation pour notre séance bricolage. Pour bricoler de façon efficace, il faut un établi vide et rangé : le nôtre est inexistant, ce sera parfait !

Jeudi 24 mars : Mario Cipolini

On embarque dans le téléphérique, un moyen de transport que l’on avait pas encore testé pour découvrir la vieille ville fortifiée est ses rues pavées. Nous recherchons les 3 tours symbolisées sur le drapeau de Saint Marin. Elles sont juchées aux sommets des pics du Titano. Nous déambulons dans les rues et découvrons qu’une course de vélos est organisée ce jour dans la ville. Nous nous posons sur une place à proximité, au soleil, pour pique niquer. La course n’ayant pas l’air de débuter, nous continuons ensuite notre tour de la ville. On tente la visite d’une des tours mais encore une fois échec ! Le green pass 3 doses est encore imposé. Tant pis, nous profitons du soleil, de la douceur de ce début de printemps et nous empruntons le chemin de ronde. C’est alors que nous parviennent les sons des hauts-parleurs de la course. Nous activons le pas pour nous en rapprocher.

C’est une étape du Settimana Coppi e Bartali 2022 ! Une course pro avec certaines équipes du tour de France. L’installation est impressionnante, le nombre de techniciens, la taille des caméras, le nombre de camions techniques (régies, sons, autres…). On profite de ce spectacle en attendant l’arrivée des premiers coureurs. Nous sommes en haut d’une côte à pente raide qui monte ! Elle doit faire mal aux cuisses celle-là !

A l’arrivée des premiers coureurs, en échappée, nous sommes impressionnés de leur puissance, de la vitesse à laquelle ils montent, mais aussi des écarts de niveau : certains semblent frais, d’autres semblent à bout. Ce sport exigeant est très spectaculaire, surtout pour des enfants. Ce qui nous impressionne nous, c’est le nombre de voitures qui suivent le peloton. Nous estimons à 1 voiture par coureur environ (sur 122 coureurs encore en lice). On ne pensait pas que c’était un sport motorisé !

Ces exploits sportifs nous ont épuisés, nous sautons dans le téléphérique suivant pour retrouver notre sportif motorisé. Cette fin de journée est consacrée à la décoration des supports pour les pieds des enfants. Ils choisissent de les décorer avec leurs mains, les ptits joueurs… Thomas, lui, avait été vexé de faire autant de dénivelé sans avoir lancé STRAVA, il part prendre sa revanche 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :