Tous les chemins y mènent…

On dit que tous les chemins mènent à Rome. Nous avons commencé à vérifier, et il se trouve que le chemin que nous avons emprunté nous y mène… De là à dire qu’ils y mènent tous, y a un peu de route !

Jeudi 28 avril : Joyeux anniversaire Arthur

Asseyez-vous, faites-vous chauffer une tisane…

Réveil avec le soleil et la chaleur. Ce spot magnifique nous donne envie de traîner mais Rome nous attend. Nous prenons tout de même le temps d’observer les énormes lézards verts, de jouer dans la fontaine et de discuter avec nos voisins belges, très sympathiques.

C’est vers 12h que nous arrivons à Rome. Nous nous stationnons pour quelques jours dans une aire de camping-car bien située pour rejoindre le centre en bus. Nous déjeunons rapidement pour profiter de cette belle capitale. L’arrêt de bus se situe juste devant l’aire, pratique ! Et il y a des bus toutes les 15 minutes. On trouve que l’attente est un peu longue mais finalement au bout de 45 minutes, le bus arrive !

Notre visite de Rome est principalement guidée par les lieux où sont passés Candice et Maël (vous vous souvenez ? les personnages principaux de l’histoire racontée tous les soirs depuis la République Steak). Les enfants sont impatients de découvrir le Colisée, la Fontaine de Trévi, le Panthéon, et le Vatican. Sauf que Maël et Candice avaient rencontré le pape, et les enfants se sont mis en tête qu’ils le verraient, eux aussi… Peut-être 😉

Notre première déambulation dans Rome se fera autour du Colisée. Nous n’avons pas pris de billets pour le visiter et tout est complet. Nous sommes projetés dans cette foule de touristes (on n’est pas fans) et cramponnons bien nos enfants. Le Colisée est gigantissime. La hauteur est incroyable, on se sent tout petit au pied de ce monument emblématique. Nous profitons des alentours aménagés pour nous promener et expliquer aux enfants l’histoire de cette « ruine » : combats de gladiateurs, combats avec des fauves et des prisonniers. Ce théâtre romain au cœur de la ville pouvait accueillir jusqu’à 50 000 spectateurs (en plus des téléspectateurs). Son voisin le cirque Maxime (quasi invisible aujourd’hui), accueillait les courses de chars et pouvait recevoir jusqu’à 250 000 spectateurs (sans le streaming). Tout prêt du Colisée se trouve également l’arc Constantin. Les arcs étaient édifiés dans Rome à chaque retour victorieux de l’armée romaine, et des retours victorieux, il y en a eu !

En quittant le Colisée, nous nous perdons près du forum romain : il s’agit d’un ensemble de monuments situés entre le Colisée et le palais de Venise. L’entrée nécessite des tickets que nous n’avons pas réservés… Nous nous contentons d’admirer ce village au cœur de la ville depuis l’extérieur. Nous finissons par trouver une basilique à l’entrée libre, la Basilica di Santa Francesca Romana. Les enfants pillent les cartes religieuses gracieusement proposées. On profite de chaque recoin de l’édifie : les enfants adorent se promener dans les églises : ils cherchent les cryptes, les cierges à allumer, les cartes avec des images de personnes dont on a jamais entendu parler… Dans cette basilique, on tombe sur une urne dans laquelle il est proposé de déposer un vœu ou une prière. Il n’en fallait pas plus pour motiver Merlin : il se lance : « Merci ». Son remerciement s’adresse à Ste Françoise dont le squelette repose juste en face derrière une paroi de verre.

A la sortie, on continue de longer le forum romain jusqu’à la Piazza Venezia où se trouve le palais. Nous entamons l’ascension des quelques marches qui nous séparent de la terrasse dominant la place. Nous croisons Emmanuel II, fier, sur son cheval immobile dirigé vers la Via del Corso, une des rues principales du cœur de la ville. Pas suffisant pour ralentir la course que Merlin a lancée depuis le bas ! On s’arrête le temps d’une photo, et c’est reparti 😉

En prenant de la hauteur, on prend aussi conscience que nous nous trouvons au milieu d’un musée à ciel ouvert. Tourne la tête à droite, c’est vraiment beau. Tourne la tête à gauche, c’est joli. Ça marche aussi souvent quand tu regardes par terre.

Nous attrapons un bus bondé pour retrouver notre aire de camping-car.

Depuis Licata en Sicile, nous avons gardé contact avec des amis qui vivent à Rome. Monique et Giuseppe nous appellent ce soir-là pour nous proposer d’être nos guides pour le lendemain ! Nous acceptons avec joie 😉 Ils nous informent au passage qu’une journée de grève avait lieu aujourd’hui : d’où le bus tous les 1/4 d’heure qui passe toutes les ¾ d’heure !

En bons utilisateurs d’aires de camping-car, nous sympathisons avec nos voisins. Ça se fait naturellement quand le voisin en question est incroyablement gentil. Cette famille de voyageurs de vacances scolaires nous partage ses aventures commencées il y a 23 ans, dans le camping-car avec lequel ils voyagent toujours ! Chouette.

Les enfants croisent Gabi, un menuisier retraité qui leur organise des courses à pied dans l’allée du camping. L’ambiance est très agréable, une nouvelle fois.

Dans ces aires, on arrive avec plein de préjugés et on repart avec plein de bons souvenirs !

Vendredi 29 avril : Retrouvailles !

Nous avons prévu de retrouver nos guides devant le palais Venezia. Le bus passe bien tous les quarts d’heure, nous sommes à l’heure ! Les retrouvailles sont naturelles, chaleureuses ! On a l’impression de se connaitre depuis des années.

Monique et Giuseppe nous ont préparé un joyeux programme ! Nous allons compléter les visites de la veille, et approfondir la découverte du centre historique. On est ravis, on se laisse porter les yeux fermés. Le programme est ficelé, mais il est modulable ! Les enfants souhaitent découvrir la statue de la louve. Ils nous parlent de Rémus et Romulus depuis que Lucie leur a raconté l’histoire de cette famille particulière.

Nous nous orientons donc vers la colline du Palatin sur laquelle une de ces statues est visible. Nous découvrons une des nombreuses fontaines de la ville : pour la plus grande joie de Giuseppe et de Merlin ! Ce sera d’ailleurs leur fil rouge : dès qu’ils aperçoivent une fontaine, une vasque, ou quoi que ce soit qui distribue de l’eau, ils s’y dirigent avec un air coquin, et tentent un arrosage en règle !

On poursuit notre route vers une nouvelle légende : « bocca della verità ». Située à quelques centaines de mètres du palais, cette pierre taillée (la bouche de la vérité) va nous rassurer sur l’honnêteté de chacun. On garde quand même un doute pour Monique qui s’est gardée d’entrer, et pour Giuseppe qui nous a accompagnés jusqu’à la statue mais qui n’a subtilement pas mis la main dans la statue.

La légende dit que la bouche de la vérité aurait tranché la main de tous ceux qui ne disaient pas la vérité. Le responsable du site doit être maniaque car aucune trace de sang n’est visible sous cette bouche. Pourtant, elle reçoit probablement des milliers de mains chaque jour.

A la sortie de l’église qui jouxte cette pierre verticale, nous marchons en direction de l’île. Monique nous explique que cette île a été épargnée de toutes les grandes maladies qui ont pu toucher Rome par le passé. Nous sommes surpris de voir que le port du masque y est obligatoire ??!!

Le pont qui nous permet de rejoindre cette île enjambe le Tibre. Rose est très étonnée : il est très calme d’un côté, puis très énervé de l’autre. En passant sur ce pont Rose et Merlin ont également cherché les roseaux dans lesquels le panier transportant Rémus et Romulus s’est échoué. C’est au milieu de ces roseaux que la louve buvait quand elle les aurait recueillis.

Nous avons déjà bien marché, nous nous orientons vers le cœur de la cité historique avec l’eau à la bouche. La 1ère pizzeria que nous croisons est une bonne pioche et Monique nous commande un panel de tout ce qu’il faut goûter : ici les arancini s’appellent les suppli et sont tout aussi délicieux !

Évidemment pour le dessert, Merlin souhaiterait une glace ! Ça tombe bien, nos guides connaissent une belle adresse : un joueur de foot que Giuseppe a entrainé gamin, et que Monique initiait au catéchisme est aujourd’hui salarié de ce glacier incontournable de Rome ! Cette glace nous servira d’appât pour faire avancer les enfants près de la fontaine de Trévi.

Sur la route, nous trouvons une belle église, la basilique Sant’Eustachio. Y’en a une à chaque coin de rue, et elles sont toujours grandioses. Des miroirs inclinés et orientés vers le plafond permettent d’admirer les détails de peinture. « Astucieux » nous dit Merlin. « C’est vrai » répond Monique, contente de découvrir cette nouveauté !

Nous poursuivons vers la Piazza Navona et sa fontaine qui représente 4 gros fleuves du monde : le Nil, le Danube, le Gange et le Rio de la Plata. 4 statues d’homme allongés (façon de représenter les fleuves en Rome antique) aux détails différents permettent de reconnaitre le fleuve associé.

Sur la route du glacier se trouve également le Panthéon, ça tombe bien non ?

5 minutes plus tard, nous y voilà ! Bien sûr une fontaine se trouve au milieu de la place. Bien sûr Merlin et Giuseppe n’ont pas trainé à s’y précipiter ! Nous nous intégrons à la file d’attente (10 minutes) impatients de découvrir ce monument de l’intérieur. Attention aux quelques fraudeurs qui tentent un passage en force !! Monique veille et renvoie chacun à sa place, poliment, fermement, de façon très efficace 😉.

Ce monument emblématique est une prouesse architecturale. Temple dédié à toutes les divinités de la religion antique, il a été bâti au 1er siècle avant JC. Il s’agit de la plus grande coupole de toute l’antiquité avec 44 mètres de diamètre. Le cœur du dôme est ouvert : quand il pleut dehors, il pleut dedans. Le sol est incliné vers les grandes portes en cuivre. Les murs sont tellement loin qu’ils ne reçoivent pas de gouttes.

Merlin et Giuseppe sont les premiers à terminer la visite. Et pour quoi faire ? Y a une fontaine qui leur tend les bras à la sortie. Merlin est désormais équipé d’un gobelet pour tenter d’arroser son père. Il exploite amplement le volume de ce contenant pour que Thomas soit bien mouillé. Sauf que c’est pas facile de viser quand on court ! C’est une jeune passante qui subira le manque de précision de ce tir maladroit ! Elle est trempée, un peu agacée, mais il fait beau… elle va sécher !

50 mètres plus loin, on croise une nouvelle fois une église majestueuse, l’église Sant’Ignazio Di Loyola. On s’y engouffre, évidemment, une courte visite est indispensable, sauf pour Merlin et Giuseppe qui préfèrent chercher un point d’eau pour faire les clowns !

A la sortie de la basilique, nous les avons perdus. Il nous faudra quelques minutes et quelques appels pour retrouver nos 2 clowns qui ont finalement changé d’avis et visité l’église!

Nous arrivons enfin au glacier Venchi, digne d’Ernest à La Rochelle. La fontaine de chocolat qui tapisse le mur subjugue les nombreux gourmands. Nous ne sommes pas seuls à avoir eu cette idée. Nous sommes 30 affamés à faire la queue de longues minutes pour obtenir notre goûter. Et ça en vaut la peine !

Nous pouvons désormais reprendre notre route vers la fameuse fontaine de Trévi. Giuseppe nous a préparé à cette visite : « vous allez voir, on en fait tout un cinéma, elle est pas si grande cette fontaine, les images sont retravaillées quand vous la voyez à la TV ».

La blague, en fait, elle est immense cette fontaine ! Et magnifique. Sa taille nous donne l’impression d’être tout petits, et nous le sommes ! Nous sommes peut-être petits, mais nous sommes nombreux ! La foule est très impressionnante elle aussi. Nous respectons la tradition de jeter une pièce dos à la fontaine avec son bras droit. Celui qui fait ce geste est assuré de revenir dans la capitale. En plus les pièces sont collectées et remises à une association caritative « Caritas ». Des policiers sont présents en permanence pour éviter que certains malins récupèrent les pièces à l’aide d’aimants accrochés à une perche. On entend régulièrement les coups de sifflets qui rappellent à l’ordre les personnes ne respectant pas ce lieu.

On profite de la présence de nos guides pour avoir des photos de nous. Malheureusement Giuseppe cadre nos photos sur la pin-up assise à nos côtés 😉

Côté gauche la pin-up, à droite, c’est Monique !

Direction Scalinata Di Trinita Dei Monti pour un dernier lieu magique de Rome. Comme par hasard, y a une fontaine : on se demande si c’est pas Giuseppe qui fait le parcours en fonction de ces points d’eau ! Encore 2 touristes touchés par la précision de Merlin. Mais personne ne se fâche en voyant l’air coquin de ces 2 enfants complices 😉

On prend nos derniers conseils de guides qui rejoignent la station de métro non loin d’ici. C’est pas sans émotion que nous nous quittons, la rapidité de départ de nos précieux guides en témoigne.

Un très grand merci Monique et Giuseppe pour votre gentillesse, votre accueil, votre disponibilité ! Un des objectifs de notre voyage était de faire de belles rencontres. Vous participez naturellement à l’atteindre ! On vous attend à Thouars pour vous guider à notre tour dans notre capitale de 10 000 habitants.

Nous quittons cette place en direction de notre arrêt de bus. On croise quand même 2 verres de Spritz pour oublier ces au revoir douloureux 😉 et surtout pour prolonger cette belle journée au cœur de Rome !

Le bus 118 nous ramène à bon port. Nous retrouvons nos activités de camping-caristes avant de plonger dans une nuit de sommeil…

Samedi 30 avril : François ? t’es où ?

Nos billets sont réservés pour le Vatican ! Nous sommes attendus ce matin à 11H30 près de l’entrée pour retrouver notre groupe. On en rêve depuis le début du voyage : suivre un guide qui porte un signe distinctif au bout d’une perche, la main sur l’oreillette, au milieu d’une foule ! Notre rêve se réalise !

On réalise rapidement les avantages de ce type de visite : pas de perte de temps, nous coupons les files d’attente sans se demander si l’entrée est bien là, quelle file prendre, …

Un dernier passage aux toilettes et c’est parti pour 3 heures de visite. Notre guide est très surprise : le « bébé » comme elle l’appelle souhaite une oreillette pour écouter la visite. « Il va la perdre ou la casser dans 5 minutes ! » Il nous faudra quelques minutes pour nous rendre compte que cette personne est une très bonne guide, mais qu’on n’aimerait pas l’avoir comme grand-mère ! Ça tombe bien, c’est pas ce qu’on lui demande.

Rapidement, on nous montre l’emplacement de la chapelle Sixtine. C’est un peu comme la glace de la veille pour Merlin ! C’est le Graal, ce que l’on obtient en fin de visite. A ce stade, la guide nous décrit avec passion les peintures de Michel Ange. On découvre les choix de l’artiste, les contraintes techniques, les aléas de cette œuvre éblouissante et des anecdotes croustillantes de sa réalisation. La surface totale de peinture est de 500m² ! Et Michel Ange, artiste solitaire que le pape Jules II a eu du mal à convaincre de venir réaliser cette œuvre, la réalise presque seul ! Un assistant lui prépare les couleurs pendant que lui se consacre à son œuvre. Michel Ange n’aimait pas la peinture : il trouvait cette discipline plate, sans relief, et donc sans intérêt. Le sien se portait sur la sculpture : la 3D le passionnait. C’est d’ailleurs de là que vient l’idée des trompes l’œil du plafond de la chapelle. Quand on regarde rapidement, on pense que des pierres taillées soutiennent la toiture. En réalité le plafond de cette chapelle est une voute totalement lisse.

Quatre années de travail acharné, de 1508 à 1512, seront nécessaires pour finaliser le travail. C’est encore aujourd’hui dans cette chapelle que les cardinaux élisent le pape.

On se régale de ces explications en regardant le plafond sur une feuille A4. En fait, il est interdit de parler dans la chapelle : l’ensemble des explications nous est donc donné avant notre entrée dans les monuments.

Nous sommes prêts à entrer dans le vif du sujet. De longs couloirs merveilleux, entrecoupés de péristyles* (on avait vraiment envie de le placer celui là, depuis Pompéi où ils étaient très courants), et d’escaliers somptueux nous rapprochent petit à petit de l’objectif final.

Nous déambulons, attentifs au milieu de 10 000 personnes environ (en moyenne, car en période forte, c’est plus de 20 000 personnes qui visitent cet état dans une journée).

On vous laisse admirer les photos que l’on a pu prendre. Celles de la chapelle étant extraite du web (les photos sont interdites dans la chapelle).

Nous entrons dans la chapelle et sommes d’abord surpris par le brouhaha. Il est interdit d’y parler ! On avait bien brieffé nos enfants, bah merci… Tout un discours anéanti, toute une éducation remise en question, de quoi on a l’air nous !!

Bref, tout le monde parle. Et tout le monde prend des photos en plus. On s’en sort en expliquant que tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir des parents comme nous, modestes 😉

A la sortie de la chapelle, notre guide nous précise en observant la file d’attente de la basilique Saint Pierre, qu’on devrait pouvoir y accéder en une demi heure. Apparemment, c’est une belle occasion ! Nos enfants (même le bébé) ont écouté les 3H d’explications de notre guide ! Et maintenant, on leur annonce que l’on fait 30 minutes d’attente en plein soleil pour entrer dans une basilique. Aussi surprenant que cela puisse paraitre, ça passe.

Une messe est en cours quand nous entrons. C’est immense !

Nous quittons le Vatican, épuisés mais ravis de cette découverte marquante de notre voyage.

Aujourd’hui pour le goûter, on déjeune ! Il est 16h et nous mangeons rapidement pour rejoindre le musée Léonard de Vinci tout prêt d’ici.

Le musée propose beaucoup de manipulations : les enfants s’investissent dans cette visite ludique après tant de concentration et d’écoute. On a du mal à les suivre et à traduire les explications des machines complexes que ce génie a imaginées !

Le bus 118 nous ramène une nouvelle fois à bon port ! Les enfants ont encore de l’énergie pour jouer entre les camping-car. Merlin s’équipe et s’improvise guide du camping. Visite en plusieurs langues en plus.

Il est tard désormais, nous quitterons ROME demain, vers Grosseto…

Un avis sur « Tous les chemins y mènent… »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :