Mienne, tienne, …

On serait bien restés 2 ans à Rome tellement il y en a à voir ! Cette ville est incroyable, comme la plupart des capitales européennes, mais elle a quelque chose de particulier : son Histoire, son passé vous sautent aux yeux et les remplissent d’étoiles.

Dimanche 1er mai : Bel anniversaire Camilloux 😉

A l’insu de notre plein gré, nous nous retrouvons dans une belle petite bourgade balnéaire très propice à une sortie vélo ! Ça tombe bien, y en a 4 qui nous suivent depuis le début du voyage (parfois 3 seulement). Nous enfourchons nos bolides à la recherche de sensations dans cette forêt de pins de la réserve naturelle DUNA FENIGLIA. Une promenade qui ne se termine pas sans sortir l’outillage nécessaire pour le vélo de Merlin. Le bougre a déraillé, et un joli cache de pirate camoufle chaîne, plateau et pignon… Décidément, pour faire du vélo, faut être bricoleur !

En route vers Grosseto où nous avons repéré un coworking près d’un parc.

Belle découverte, le parc est très agréable et très apprécié. Les locaux sont nombreux à venir profiter de cet espace vert. Les enfants sortent les trottinettes pour tester le chemin goudronné qui entoure ce parc.

Lundi 2 mai, mardi 3 mai : on bosse !

Studieux malgré les tentations, les enfants continuent de progresser. Le temps d’école n’est pas énorme mais les progrès sont flagrants. C’est rassurant pour la maitresse et pour le parent d’élèves exigeant ! Les températures estivales obligent la classe à s’exiler à l’extérieur du camion. La concentration est plus difficile, mais les sujets d’apprentissage sont infinis. Tout le monde s’y retrouve.

Un point d’eau artificiel accueille de nombreux têtards. Certains d’entre-eux finiront dans Ptit Gris, dans la boite dédiée aux divers animaux capturés tout au long du voyage.

Le coworking est à 2 pas, Thomas embauche à vélo.

Mercredi 4 mai : corvées

Les corvées de vie nous occupent une bonne partie de l’après-midi ! Nous nous installons en soirée dans un charmant village non loin de PARI. Les enfants profitent de la structure pendant que nous calons exceptionnellement le camion avec nos rehausseurs plastiques : nous avons plutôt pris l’habitude de ne pas les utiliser quand nous sommes sur un spot sauvage.

Thomas va courir dans PARI et revient par la campagne. Les sous-bois sont couverts de traces de sangliers : la terre est retournée sur des surfaces importantes. Les sangliers sont très nombreux dans cette zone de l’Italie. Thomas aimerait autant les croiser dans son milieu naturel à l’apéro en saucisson qu’en forêt dans leur milieu naturel !

Jeudi 5 mai : il pleut, il mouille, c’est la fête à la grenouille !

En fait pas vraiment, tous les têtards sont morts. Nous sommes en deuil.

Au programme, visite de Sienne. Sauf que la pluie nous motive plus à jouer dans le camion qu’à déambuler en ville… Nous ne bougeons qu’en fin de journée pour nous rapprocher de cette nouvelle ville à visiter en espérant pouvoir le faire le lendemain.

Nouveau spot déniché par Lucie. C’est un parking ombragé (quand il fait beau) sous une église qui nous accueille pour la nuit. Le plus, une fontaine d’eau à disposition. C’est très courant en Italie : on trouve des fontaines partout. Les locaux viennent remplir des réserves importantes. Nous ne savons pas encore pourquoi. En tout cas, ça nous facilite grandement le voyage 😉

Vendredi 6 mai : Magie Sienne/ Joyeux anniversaire Marion et Jules!

Nous stationnons notre camion en bas de la ville et nous chaussons pour monter jusqu’à son centre historique perché. Nous n’avons pas passé l’enceinte fortifiée que nous sommes ralentis par un marché aux plantes : ça donne envie de jardiner ! Et si on faisait pousser des légumes sur le toit de Ptit Gris ?

Après une dégustation des lasagnes magiques de Sienne, nous nous relançons dans la découverte de la ville.

Nous arrivons sur la place principale, la piazza del campo, où se déroule 2 fois par an une course à cheval depuis 4 siècles. Nous découvrons cette tradition grâce aux nombreuses photos exposées dans les vitrines de la ville. (En vidéo ici)

Notre visite est brève. Nous sortons de 3 jours intenses à Rome, nous ne foulons pas le sol d’un musée !

San Gimignano

La Toscane regorge de villages pittoresques. Nous en avons sélectionné une partie, et San Gimignano en est ! Mais à notre arrivée, on nous fait tourner en bourrique ! Le camping-cariste est le bienvenu ici, mais dans le village voisin. Le seul parking qui accueille ce type de véhicule est situé dans le village voisin : des navettes au prix variables permettent de revenir visiter le village. Trop organisé pour nous, tout ça ! On s’installe discrètement sur un parking dans une zone résidentielle.

Nouvelle ascension vers ce village au 14 tours ! Dans le passé, c’est plus de 70 tours qui avaient été construites par les riches propriétaires pour montrer leur puissance. Un jeu de coq qui profite aujourd’hui au village devenu touristique.

Nous dormons non loin de ce beau village avec une vue agréable sur les 14 tours.

Samedi 7 mai : Firenze/ Bon anniversaire Vincent et Sandile!

Florence, en français, est une des villes incontournables d’Italie. Nous allons vite comprendre pourquoi !

Nous nous installons dans une aire de camping-car en fin de matinée avant de filer en ville en bus. Bus que nous attendons pendant près d’une heure. Décidément, on a la poisse avec les bus.

Nous avons repéré le musée Galileo que nous rejoignons en découvrant le Ponte Vecchio. La ville est très fréquentée, le tourisme y est une des principales ressources économiques.

Dimanche 8 mai : Firenze/ Joyeux 1 an Paul!

Nous avons réservé des billets pour profiter des plus beaux monuments de la ville sans faire la queue. Nous commençons par aller toucher la truffe du sanglier : La légende veut que celui qui la touche est assuré de revenir à Firenze dans sa vie ! A voir la truffe polie, il doit y en avoir des mains qui l’ont caressée…

Nous traversons un marché couvert proposant uniquement des objets en cuir, nous croisons puis suivons une fanfare qui nous mène vers notre prochaine visite : la Giotto’s Campanile. Nous gravissons 414 marches pour nous retrouver à 82 mètres d’altitude et pour profiter d’une vue incroyable sur la ville. La vue sur la cathédrale Santa Maria Del Fiore est imprenable : nous voyons aussi son dôme impressionnant dans lequel nous serons en début d’après-midi.

Pour bien digérer notre pizza (oui, Véro, pas très diététique notre alimentation), nous nous orientons vers les 463 marches qui nous séparent du dôme. Ces quelques marches nous permettent d’accéder au dôme de 45 mètres de diamètre. Ce que nous découvrons est comparable aux monuments et aux œuvres du Vatican. C’est une prouesse architecturale et artistique. La vue intérieure laisse sans voix.

Pour retrouver l’air extérieur, il faut poursuivre son ascension entre le dôme et son « tambour » (un dôme autour du dôme). L’espace est réduit. Lorsque l’on tourne autour du dôme il faut parfois monter les marches penchés . Quand on monte droit vers le dôme les marches suivent sa forme arrondie.

Du dôme, nous passons à la crypte qui présente les vestiges de l’église construites avant la cathédrale. Sortie de la crypte, direction le baptistère Saint Jean. Après avoir profité de cette concentration de monuments, nous profitons du soleil pour nous promener.

Un concert freine Rose, Lucie et Thomas, mais il lance Merlin dans une danse effrénée qui fait rire les musiciens 😉

Nous remontons dans le bus pour reprendre la route en direction d’Agliana, notre spot de début de semaine 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :